Programme
Les 10 propositions clés pour redresser la situation
  1. Faire de la prématurité une des priorités en recherche clinique et épidémiologique.
    • La prévention des naissances prématurées et de leurs séquelles passent en priorité par une meilleure compréhension des mécanismes qui en sont responsables, rendant obligatoire le renforcement de la recherche clinique et épidémiologique en périnatalité
  2. Accompagner de façon adaptée les situations de précarité dans le domaine de la périnatalité.
    • La naissance prématurée d’un enfant ébranle l’équilibre du foyer qui l’accueille, émotionnellement d’abord, mais aussi rapidement sur le plan de l’organisation familiale et des finances. Aucun dispositif, ne permet d’aménager son temps de travail dans des conditions adaptées, les aides sont rares et attribuées de façon arbitraire.
  3. Mettre en place avant la conception une consultation et une information afin de mieux prévenir la prématurité en fonction des facteurs de risque.
    • La prématurité ne fait l’objet d’aucune communication médicale systématique dans le parcours de soin des femmes, son abord est laissé à la libre appréciation du professionnel de santé.
  4. Dépister précocement en cours de grossesse les facteurs de risque afin d’orienter les parturientes vers une filière de soin adaptée.
    • La consultation du 4ème mois, qui doit permettre d’aborder l’ensemble des sujets afférant au bon déroulement de la grossesse, n’est que rarement proposée aux femmes. Un tel temps d’information permettrait d’identifier les possibles facteurs de risque chez la parturiente et de l’orienter précocement vers une prise en charge adaptée.
  5. Mettre en place un accès non limité et une participation intégrée des parents aux soins durant l’hospitalisation de leur enfant.
    • On ne laisse les parents rejoindre leur enfant prématuré qu’à des horaires définis, souvent incompatibles avec leurs impératifs professionnels et/ou familiaux ; de plus on les tient à l’écart des soins dispensés à leur enfant, ce qui ne les aide pas à prendre en main leur parentalité.
  6. Adopter une architecture adaptée au bien-être et au développement de l’enfant, de la famille et des soignants.
    • La place réservée aux parents dans un service de néonatalogie est à l’avenant : à l’environnement médical déstabilisant est associée une pénurie d’équipement de base pour demeurer auprès de son enfant dans des conditions de confort acceptable.
  7. Coordonner les actions de soutien à l’enfant, aux parents et aux soignants par des programmes d’intervention précoce validés scientifiquement.
  8. Coordonner les soins en renforçant l’action des réseaux de périnatalité et en mutualisant le parcours de soins de la maman et de son bébé au sein d’une région sanitaire
    • Pour dépister ses séquelles, les anticiper et les traiter, l’enfant doit intégrer un parcours de suivi médical coordonné par un pédiatre formé au suivi médical d’un enfant prématuré et pluridisciplinaire (intégrant par exemple de la kinésithérapie, de l’ergothérapie et de la psychomotricité).
  9. Organiser le parcours de soins de l’enfant né prématuré jusqu’à l’âge scolaire au sein de réseaux ville-hôpital et structures de prise en charge.
    • Le réseau ville-hôpital doit être développé et la formation des médecins libéraux et des professionnels du secteur paramédical favorisée. L’accès aux Centres d’Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP) qui réunissent des compétences médicales et paramédicales interdisciplinaires au sein desquels les professionnels sont formés à prendre en charge les enfants, même grands prématurés et jusqu’à l’âge de 6 ans doit être amélioré.
  10. Evaluer la politique de santé périnatale en disposant d’un système d’information continu, partagé et comparatif pour surveiller la mortalité et la morbidité des enfants prématurés en France.
    • Malgré la mise en place des réseaux de Périnatalité, la France est confrontée à un défaut d’évaluation et de coordination dans le domaine de la périnatalité. La France est le seul pays d’Europe, avec Chypre, à ne pas disposer de données systématiques pour toutes les naissances notamment sur l’âge gestationnel ou le poids de naissance
Les médias en parlent
Logo Figaro
Logo RTL
Logo RFI
Logo Mediapart
Logo Femme Actuelle

SE MOBILISER

1. Je signe la Charte en faveur d'un plan Prématurité afin d'interpeller le gouvernement

2. J’interpelle mes élus en faveur d’un Plan Prématurité: télécharger le courrier type

Le Collectif Prématurité est lancé le 12 novembre 2012 à l’initiative de deux membres fondateurs : SOS Préma et la Société Française de Néonatalogie. Il a pour objet de faire de la prématurité un enjeu de santé publique en mobilisant tous les acteurs (parents, médecins, politiques, media) afin de garantir accès à l’information, à la prévention aux soins et au suivi des prématurés.

Gwendal Rouillard, député de la 5e circonscription du Morbihan, est le porte-parole du Collectif Prématurité. Cet engagement en faveur des nouveau-nés prématurés s’inscrit dans la continuité de son combat pour la protection de l’enfance, au titre duquel il participe à l’Assemblée nationale au groupe d’études sur les Droits de l’enfant.

Discours de lancement de Gwendal Rouillard, porte-parole du Collectif
Discours de lancement de Charlotte Bouvard, présidente du Collectif

Nos membres fondateurs :


SOS Préma
Charlotte Bouvard a créé SOS Préma, association nationale d’aide aux parents de prématurés, en 2004, à la suite d’une expérience personnelle. Association reconnue d’intérêt général et association d’usagers par le Ministère de la Santé, SOS Préma compte aujourd’hui un réseau national de 61 antennes et 106 correspondants locaux et bénévoles, qui œuvre pour améliorer la prise en charge et la prévention de la prématurité en travaillant sur 3 axes :

1. L’aide et le soutien aux familles

2. La sensibilisation des pouvoirs publics et institutionnels en France et en Europe

3. Le dialogue avec les équipes médicales

Pour plus d’informations : www.sosprema.com

Société Française de Néonatologie
“La Société Française de Néonatologie (SFN) est une société savante regroupant tous les professionnels travaillant autour du nouveau-né. Elle a pour missions d’accompagner les évolutions des pratiques, de participer à l’organisation des soins en néonatologie et de donner à la spécialité une visibilité déjà acquise par la mise en place du Diplôme d’Études Spécialisées Complémentaires de Néonatologie. La SFN a pour vocation d’être un espace de dialogue entre les différents acteurs de la néonatologie et avec les tutelles. Elle élabore des recommandations portant sur les thérapeutiques, les prescriptions et l’organisation des soins. Elle contribue à la formation des professionnels et à l’évaluation des pratiques. Elle partage les réflexions autour de l’éthique en périnatalité. Elle défend la profession du pédiatre néonatologiste et le représente au sein des diverses instances gouvernementales. Elle travaille à la valorisation de la codification et des actes marqueurs spécifiques à la néonatologie. Elle encourage et soutient la recherche en néonatologie. ”

Pour plus d’informations : www.societe-francaise-neonatologie.fr

Nos membres associés


Nos partenaires


Cliquez pour zoomer

Télécharger la plateforme